Romain Laurent montre une version un peu « tordue »de la réalité

Il y a quelque chose d'étrange dans le travail de Romain Laurent. Dans une image en mouvement, une pirouette de peau de banane au-dessus de la tête chauve d'un homme à découvrir...

 

Dans un autre, un homme en chemise de jean se tient debout, les mains sur les hanches, et au lieu de l’endroit où sa tête devrait être un ballon d’hélium saute d’un bout de ruban.

Lorsqu’il était adolescent, Romain se souvient très bien d’un clip vidéo Daft Punk intitulé Big City Nights dans lequel un homme au visage de chien géant boitille sur une jambe cassée dans la ville de New York en portant une boombox et en faisant exploser son tube Da Funk. Ce n’est que quelques années plus tard qu’il découvre qu’il est réalisé par Spike Jonze.

« Ça m’a époustouflé », dit-il. « Je n’avais aucune idée de pourquoi, mais j’adorais ça, même si ça me faisait peur. C’était si différent pour moi. » Le jeu sur la réalité dans l’œuvre de Romain a le même effet sur le terrain gauche. Et tout comme la vidéo Daft Punk, elle se déroule également dans la ville de New York, où il vit. « Pour moi, l’environnement urbain offre un nombre infini de possibilités lorsqu’on tient compte de l’architecture, de la lumière et des gens « , dit-il. « J’aime découvrir un angle, ou un rebondissement de lumière sur un coin de rue à un certain moment et me dire, et si je faisais cette idée que j’ai eue ici, tout de suite ? »

Dans la vingtaine, Romain découvre la série de DVD de la série Directors Label qui explore le travail de réalisateurs de vidéoclips de renom. « C’était la première fois que j’ai été exposé à des œuvres que je trouvais tout à fait cool « , dit-il. Il a été particulièrement frappé par la description de Michel Gondry de son processus créatif, que Romain a transformé en sa propre interprétation pour travailler. Il croit que  » si vous avez une idée, rien ne vous empêche vraiment de la réaliser, sauf vous. Alors allez-y, faites-le. »

 

 

Si vous avez une idée, rien ne vous empêche vraiment de la réaliser, sauf vous. C’est avec cette attitude qu’il a commencé à faire des cinématographies en 2013. Il avait vu quelques boucles en ligne mais pensait qu’il pouvait pousser le médium plus loin pour être plus bizarre et amusant. Il s’est donné pour règle de publier un gif par semaine, quelle que soit l’idée, bonne ou mauvaise.

Le résultat est un corps d’images à demi en mouvement qui se situe quelque part entre la photographie et la vidéo. Ils comblent pour lui une lacune que ni l’un ni l’autre ne peut combler. « Etre photographe et réalisateur est un défi qui demande un aller-retour mental. Une idée, un flux de travail ou un état d’esprit qui fonctionne comme photographe peut être inutile en tant que réalisateur et vice versa, ce qui peut être physiquement et mentalement épuisant. Les cinématographies m’aident à me balancer d’avant en arrière d’une manière plus douce et plus satisfaisante tout en étant des pièces cool à créer « , dit-il.

J’aime montrer une version de la réalité qui a un petit côté « , dit le réalisateur, photographe et cinéaste français. « Quelque chose d’étrange qui semble presque normal mais pas tout à fait normal.

Pour les réaliser, il filme une scène, puis en post-production, il isole la partie qu’il veut statique, et masque la partie qu’il veut continuer à bouger. Il essaie de filmer le plus possible l’action à l’intérieur de la caméra, même lorsqu’il combine des images, comme l’homme à la tête d’un ballon qui bouge.

« Le plus excitant pour moi, c’est d’aller me faire vacciner, peu importe ce que c’est », dit-il. « Trouver le bon endroit, la bonne lumière, avoir l’angle, transpirer ou me geler les fesses, ne pas dormir, et bien plus encore font tous partie du processus que j’aime vraiment, profondément. »

Il a fait un film récemment, spontanément, lors d’un orage violent, alors que le soleil se couchait et perçait les nuages. « La lumière était si folle que j’ai dû m’enfuir, envoyer un texto à mon ami qui y était représenté et aller le filmer. Je ne me sentais pas très en sécurité d’être à découvert. »

Mais il ne s’agit pas seulement de faire quelque chose d’amusant, récemment, les œuvres personnelles de Romain ont attiré des clients qui l’ont commandé. Par exemple, son projet L’horizon, dans lequel Romain et son équipe font le tour de New York en soutenant un acteur à bord d’une planche de surf sur un escabeau, a lancé l’idée d’une publicité qu’il a réalisée pour Citroën. Dans l’annonce, le surfeur coupe et plonge sans discontinuité dans toute la ville.

« C’était pratique, avec un surfeur sur un harnais et la planche de surf sur ses propres câbles « , explique-t-il. « Des coordinateurs de cascades ont déplacé le tableau de haut en bas pour simuler une vague. »
Romain compare son procédé à une vague géante. Lorsqu’une idée lui vient à l’esprit, il reçoit un élan de motivation et une sorte de vision étroite. Il dissèque ensuite l’idée et y réfléchit trop. « Soit je mets une playlist enjouée et je me nourris de son énergie, soit je danse bizarrement de temps en temps, soit je mets des écouteurs antibruit. Je reste dans une bulle pendant un moment, j’ai besoin de me faire de l’esbroufe, de me convaincre que ça vaut le coup. »

L’excitation le soutient tout au long de la production, mais sans faute, il éprouve une petite dépression dans le montage. « Je vois toutes les erreurs, je devine tout, » dit-il. « Finalement, je m’en sors lentement en avançant, en comprimant, en coupant, en ajustant les choses. La post-production est passionnante et voir le travail finalisé est très satisfaisant. »

Puis une nouvelle idée lui vient à l’esprit et le voyage recommence. Il essaie de ne pas contrôler les hauts et les bas, ce qui laisse place à la spontanéité et aux accidents heureux. « D’habitude, ça mène à des choses cool que je n’aurais pas pu trouver si j’avais été un maniaque du contrôle. »

Par Alix-Rose Cowie.