Au lieu de faire une simple interview à propos de leur actualité, comme dans nos précédentes rencontres, nous avons préféré laisser les deux protagonistes échanger. Celà donne un moment capté à vif, authentique et pur. Voici le directeur artistique de Balmain et la musicienne qui se retrouvent pour une discussion sur la collaboration, le courage et le changement.

La synergie entre Olivier Rousteing – directeur créatif de Balmain – et la musicienne Héloïse Letissier, plus connue sous le nom de Christine and the Queens, est inattendu mais certainement évident. Tous deux sont nés dans la seconde moitié des années 1980 – Rousteing à Bordeaux en 1985, Letissier à Nantes en 1988 – chacun ayant grandi dans un environnement périurbain et expérimentant par procuration les modes outrancières et la musique extrême et émotionnelle de l’époque. Et, à tour de rôle, chacun les a revisités à travers leur travail : la production poétique et électronique de Letissier – étiquetée par l’artiste elle-même comme freakpop – s’inspire des rythmes et des mélodies syncopés des années 1980, avec des paroles qui rappellent parfois les plus grands que nature de la décennie. ballades. Rousteing aime les broderies, les couleurs vives, les épaules fortes, autant d’éléments présents à son défilé Printemps/Été 2021, où Letissier était présente dans le public pour la première fois.

Letissier s’est à l’origine rebaptisée Christine and the Queens lors d’une visite à Londres en 2010, puis a poursuivi une carrière dans la musique après l’échec de son cheminement vers le théâtre. Le nom vient d’une troupe de drag queens avec laquelle elle s’est liée lors de ce voyage, bien qu’elle ait toujours été une artiste solo. Christine est devenue son alter ego, une sorte de drague « queer » personnelle qui lui a permis d’être plus audacieuse et plus extrême. Elle l’a raccourci en Chris en 2018 pour son deuxième album, qui porte le même nom (son premier, Chaleur humaine, est sorti en 2014) et a marqué son enquête sur sa propre pansexualité et sa perception de genre, sinon d’identité.

L’identité est quelque chose que Rousteing explore continuellement aussi, à la fois de Balmain, la maison de couture française de 76 ans dont il a assumé la direction créative en 2011, et la sienne. Il a été la première personne de couleur à diriger une maison française et reste l’un des rares dans l’industrie, naturellement conscient de l’importance qu’il accorde à son rôle de figure de proue. Il est souvent d’une honnêteté désarmante : il a documenté son passage chez Balmain via les réseaux sociaux, contribuant à faire entrer la marque – et peut-être la mode dans son ensemble – dans l’ère numérique. Il est aussi parfois vulnérable, comme le démontre le documentaire Wonder Boy de 2019, qui racontait comment Rousteing avait été abandonné pour adoption en tant que nouveau-né par sa mère biologique de 15 ans. Il a une crudité rare dans la mode, surtout compte tenu de la boîte brillante dans laquelle Rousteing est si facilement catalogué.

L’admiration mutuelle de Letissier et Rousteing couvait depuis longtemps avant que les deux ne travaillent ensemble pour la première fois au printemps dernier, concevant des tenues de fusées éclairantes atténuées et expulsées et un volume gonflé de blouse pour sa performance dans le cadre du concert Global Goal de Global Citizen, un événement numérique organisé en juin. Mais leur admiration reflète également des objectifs, des idéaux et des philosophies partagés – ils se sont retrouvés lors des marches Black Lives Matter 2020 à Paris, « un moment où nous nous battions pour la même raison », affirme Rousteing.


LA RENCONTRE

Olivier Rousteing : Quand j’aime quelqu’un, j’y vais à fond. Quand nous nous sommes rencontrés, je suis devenu obsédé plus que jamais. Pas seulement à cause de ta musique, mais à cause de la personne que j’ai rencontrée.

Christine and the Queens : C’était vraiment poétique comme collaboration. Vous êtes vraiment entré dans mon univers et j’ai reçu le tient, et c’était assez absorbant. C’est une merveilleuse façon de rencontrer quelqu’un, de collaborer. J’aime quand il y a des retours humains et qu’on « clique » sur un niveau poétique.

OR : C’était poétique – et poétique n’est pas un mot que vous utiliseriez pour Balmain, car c’est toujours très féroce. Mais lorsque vous collaborez, il ne s’agit pas seulement de créer des vêtements, il s’agit de comprendre le monde de l’autre personne et de s’assurer que ce monde est représenté par les vêtements. J’ai beaucoup appris. Autant j’ai appris avec Beyoncé, j’ai appris avec toi.

CATQ : Tu as fait ma journée ! Cela doit être fascinant de collaborer avec différents interprètes, car lorsque tu travailles avec Beyoncé, vous créez 20 tenues ou peut-être plus.

Olivier Rousteing & Christine and the Queens en conversation à Montpellier 1 - MontpelYeah Magazine

C’est presque comme si tu m’aidais à jouer en me mettant dans la forme précise dont j’avais besoin… Il ne s’agit pas d’être bien habillé, il s’agit de ce que je veux transmettre comme émotion

Christine and the Queens

OR : C’est différent parce qu’ils dansent tellement – ​​vous devez en faire beaucoup. Ce que j’aime dans la performance que nous avons faite ensemble, c’est que vous jouiez avec les vêtements tout seul dans un espace immense [la vaste salle voûtée du Grand Palais, Paris], et c’était isolant mais en même temps très accueillant.

CATQ : En tant qu’artiste, je pense toujours à Bowie. Parce qu’il comprenait si bien le pouvoir de la bonne tenue. Tu m’as aidé à performer en me mettant dans la forme précise dont j’avais besoin. Je pense que parfois, quand une collaboration ne fonctionne pas, c’est parce que [l’artiste ne] pense pas vraiment au pouvoir des vêtements – ils veulent juste bien s’habiller. Pour moi, il ne s’agit pas d’être bien habillé, il s’agit de ce que je veux transmettre comme émotion, et comme tu travailles avec des artistes aussi forts, tu le comprends. Je n’avais pas l’impression de devoir t’expliquer le bordel. Cela coulait assez facilement. Et c’était très relaxant dans une année compliquée. Une année folle.

Le confinement pour moi était comme un voyage dans le passé, parce que tout a commencé avec moi-même, ne connaissant personne. C’était donc comme être moi-même il y a dix ans, dans ma chambre, déprimé, avec juste un ordinateur, essayant de comprendre les choses. Je voulais faire du théâtre avant, je n’avais pas l’intention de devenir musicien. J’apprenais cette langue et j’ai compris les choses en bricolant pendant des heures toute seule.

Olivier Rousteing & Christine and the Queens en conversation à Montpellier 3 - MontpelYeah Magazine

Autoportrait d’ Olivier Rousteing

OR : Je suis d’accord. Je pense que cette pandémie nous a ramenés à qui nous sommes vraiment et à la lutte pour penser par nous-mêmes, sans trop de monde autour. Tu créais ta propre musique, ton propre son, dans cet espace vide sans personne autour. C’était la même chose pour ma collection – je dessinais tout seul et j’espérais que [le monde] s’ouvrirait à nouveau. C’était ce sentiment de revenir à qui nous étions, d’une certaine manière. Et ce n’est pas du tout une mauvaise chose.

CATQ : J’aime collectionner les sensations en tant qu’interprète, et je me souviens des sensations de performer dans tes vêtements. C’était génial. Je pense que la mode sert à créer un sentiment, et les sentiments que j’ai en portant tes vêtements sont très, très satisfaisants.

OR : Avec mon dernier défilé de mode, celui de septembre où vous pouvez voir des hommes et des femmes portant certains des mêmes vêtements, l’inspiration est venue de toi. Parce que j’ai adoré cette idée de glamour dandy. L’esprit libre aussi. Te connaître m’a aidé à me découvrir davantage – j’ai toujours eu ce côté dandy dans mes collections, mais tu en es devenu le symbole.

Avec mon dernier défilé de mode… l’inspiration est venue de vous. Parce que j’ai adoré cette idée de glamour dandy. L’esprit libre aussi. Te savoir m’a aidé à me découvrir davantage – j’ai toujours eu cet aspect dandy dans mes collections, mais tu en es devenu le symbole.

– Olivier Rousteing

CATQ : Je me souviens du début de ma carrière et du choix que j’ai fait de porter des vêtements masculins, comme le smoking, Le Smoking. C’était très naïf de ma part, mais je voulais détourner le regard masculin. J’ai pensé : « Je vais supprimer les informations faciles d’un corps féminin pour inciter les gens à écouter et à prêter attention aux mots. » Parce que j’étais terrifiée à l’idée d’être réduite à : « Nous savons comment sont les femmes. » [Je voulais que mes tenues] avalent juste le regard masculin, comme les auteurs peuvent disparaître.

Choisir un uniforme dès mes débuts était aussi très stratégique, pour me protéger des attaques. J’ai pensé : « Je vais juste être neutre. » Ce qui n’était pas le cas parce que j’étais en train de baiser entre les sexes, mais c’était inconscient. Je parle d’être un peu non binaire maintenant, mais à l’époque c’était beaucoup plus instinctif et je n’avais pas les mots pour ça, je me sentais juste intensément fluide. Chaque artiste pop joue avec la théâtralité des vêtements pour créer un personnage. Lady Gaga, par exemple, était sexy mais parfois vraiment flippante. J’ai adoré ça, c’était intelligent.

Pour mon deuxième disque, Chris , je montrais plus de peau et je me réalisais, mais toujours de manière butch, classiquement masculine. Cela a enrichi le récit au point que les gens m’ont demandé si j’étais en transition, ce qui m’a agacé. Le patriarcat est si fort que, lorsqu’une femme est puissante, elle doit être un homme. J’ai dit : « Non, je ne suis pas en transition. Je ne suis qu’une femme buty. Les réactions m’ont déprimé – j’avais des conversations que je croyais terminées pour toujours. Cela montre comment nous devons encore démanteler le patriarcat.

OR : Tellement vrai. Je suis d’accord, quand vous habillez une femme avec une veste sur mesure, les gens disent : « Vous vous habillez comme un homme. » Non, tu ne t’habilles pas comme un homme, tu t’habilles comme un autre genre de femme.

Olivier Rousteing & Christine and the Queens en conversation à Montpellier 5 - MontpelYeah Magazine

Balmain printemps/été 2021

Je pense que Balmain en tant que marque est parfois mal comprise parce que les gens voient le glamour de Balmain comme cette femme va-va-voom, riche et fabuleuse. Pour moi, une femme forte avec une broderie intégrale n’est pas une femme objet ou trophée. C’est une femme en armure. Je suis obsédé par ces photos d’Helmut Newton où les femmes s’habillent comme les hommes ou les hommes portent des talons hauts. Le genre et la diversité ont toujours été importants pour moi. Quand j’ai créé cette armée Balmain, les gens ont demandé pourquoi c’était une armée et j’ai répondu : « Parce que nous devons nous battre. » Je sais que cela peut sembler mal – dire « se battre » – mais nous devons le faire. Tu te bats avec tes paroles, je me bats avec mes vêtements.

CATQ : Je me souviens avoir vu vos armées et ressenti ce pouvoir. Même si je ne portais pas les vêtements moi-même, en tant que femme, je suis responsabilisée en voyant cela. Donc en termes de visibilité ou de représentation, en tant qu’artiste, il y a un – j’allais dire devoir, on utilise des mots très sérieux – mais un besoin de montrer ça aux autres, de se responsabiliser. Donc, vous pourriez être mal compris par certaines personnes, mais vous responsabilisez beaucoup d’autres. Je veux dire que.

OR : C’est une question de message – si t’as quelque chose à dire, tu le dis. Si tu ne le fais pas, reste silencieux, mais tu ne seras pas pertinent. Tu peux voir quand c’est gênant – par exemple, c’était tellement drôle de voir certains membres du métier parler de Black Lives Matter alors qu’il n’y a presque pas de Noirs ou [people of] d’origine différente dans leur casting. Avec le genre c’est pareil. Tu peux voir quand c’est réel. Ce sera l’avenir – les gens veulent un nouveau monde. Tu peux voir la différence entre les premières rangées d’aujourd’hui et les premières rangées d’hier. Mais j’ai dû me battre pendant de nombreuses années dans la mode pour que ma diversité soit comprise.

Je me souviens avoir vu tes armées et ressenti ce pouvoir. Même si je ne portais pas les vêtements moi-même, en tant que femme, je suis responsabilisée en voyant cela

– Christine and the Queens

CATQ : A-t-il été difficile d’imposer cette diversité tout de suite ? Parce que j’avais souffert de misogynie lorsque je travaillais dans le théâtre auparavant, je suis entré dans une maison de disques en disant : « Je ne vais jamais être dépossédé de mon art. Je ne peux pas parce que cela me tuera si cela se reproduit. C’était une obligation que j’avais envers moi-même. Avez-vous commencé la mode avec la même idée ?

OR : Je ne l’ai pas fait. Si j’ai un regret, c’est d’avoir tant essayé de faire partie de la mode à l’époque. Quand on veut être le créateur de mode ‘cool’ de France, il faut apprendre toutes les chansons de Serge Gainsbourg et Jane Birkin, et être obsédé par Brigitte Bardot. Car Bardot est vraiment l’icône de la mode en France. Si vous lui ressemblez, tout va bien. J’ai commencé Balmain comme ça. Et quand j’ai commencé à dire que je voulais avoir un front row différent, que j’aime le hip-hop, les gens se sont dit : « Ce n’est pas chic. Ce n’est pas une maison française. Pourquoi utiliser les réseaux sociaux ? Avec tout ça, je franchissais la ligne. Je disais : « Je ne vais pas être le ‘bon’ designer, le ‘bon’.

Aujourd’hui, les gens me disent controversé. Je ne le suis pas, je suis juste moi-même. Mais les deux premières années ont été difficiles et j’ai dû arrêter de travailler avec beaucoup de gens de la mode qui n’avaient pas la même vision que moi.

CATQ : Mais ensuite, tu apprends de ça. C’est une question de bravoure à un moment donné.


  3990 Views certified by Sharriz.com
Retour haut de page