Un Si Grand Soleil : montpellier dans le petit écran

N’avez-vous pas déjà ressenti cette étrange impression, en allumant votre téléviseur le soir, de vivre dans un décor grandeur nature ? Un peu comme un « Truman Show » réinventé où tous les regards seraient portés sur nous ? Car si les stars défilent désormais dans la région à tour de bras, ce n’est pas par hasard ! C’est parce que Montpellier, Sète et leurs environs sont devenues en quelques années le nouveau terrain de jeu préféré des réalisateurs, qui profitent de la variété de nos décors naturels. Alors faites attention en traversant la rue, vous pourriez bien vous retrouver malgré vous au générique d’une série…

Avec plus de 1 000 jours de tournage recensés en 2018, Sète est le territoire le plus filmé de la région

La plongée dans l’univers des séries françaises commence aussitôt que vous mettez les pieds au sein de l’aéroport de Montpellier. Ouvrez bien les yeux car, certains jours, quelques espaces comme les halls d’enregistrement, les abords des pistes ou les salles d’embarquement sont en effet mis à disposition des équipes de réalisation de France Télévisions, pour le tournage de scènes de la nouvelle série de France 2, « Un si grand soleil ». Amusant spectacle que de voir nos amis comédiens embarquer pour un voyage qui les emmènera, on l’espère, très loin dans leur quête … de notoriété.

ENTRER DANS LA LUMIÈRE

Car il est là l’intérêt réel de tous les tournages qui se déroulent chez nous : ancrer la destination dans les esprits. Montrer la diversité de nos paysages, afficher au grand jour la beauté de notre littoral comme de notre arrière-pays et séduire avec notre meilleur atout, celui qui fait affluer les équipes de tournage par dizaines chaque année : notre lumière, généreuse, puisque présente 300 jours par an. Des coulisses d’ Un si grand Soleil » (France 2), à celles de « Demain nous appartient » (TF1), en passant par
« Tandem » (France 2) ou la série policière à succès « Candice Renoir » (France 3), à la question , « Que venez-vous chercher ici en priorité ? » c’est toujours la même réponse que vous obtiendrez spontanément des réalisateurs : la lumière. Viennent ensuite la diversité des décors naturels, puis en troisième position, le niveau de professionnalisme du territoire en matière d’accueil offert aux productions de films et séries.
Il faut dire qu’avec des retombés économiques (direct. et indirectes) évaluées à 7 euros pour un seul petit euro investi, les collectivités ont rapidement fait le calcul et compris leur intérêt à dérouler le tapis rouge à nos amis du PAF.
Un fonds d’aide de la Région a d’ailleurs été créé et engendre un cercle vertueux : quand, en Occitanie, on verse 2€, le Centre national du cinéma verse quant à lui 1€. On peut voir ça comme du pur business, mais c’est aussi de l’art, du 7ème art même !

LES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES

Un exemple concret vous permettra peut-être de mieux saisir l’enjeu qu’il y a à sédentariser les tournages de films et séries, ces dernières étant toutefois plus particulièrement courtisées, de par leur nature pérenne. Prenons le budget moyen (et global) d’un épisode de « Demain nous appartient »: 120 000€. Décortiquons-le, une fois enlevés les cachets des comédiens. Pensons ainsi qu’un décor, ça se construit que des équipes, ça se nourri, ça se loge, ça se déplace et bien entendu, ça se paie ! Cela sans compter les fameuses dépenses que nous évoquions il y a quelques lignes, et qui sont de nature à faire vivre l’économie locale : locations de logements, nuitées hôtelières, locations de véhicules, approvisionnement en matières premières et en produits frais auprès de producteurs locaux…
Et bien sûr des emplois indirects (difficiles à quantifie, mais dont on peut être certain de l’existence) qui sont autant de strates en plus dans la liste des bénéfices apportés à l’économie locale.
« Il était primordial pour nous que la série valorise l’emploi local  » explique la Ville de Sète.

Bref, ici, depuis bientôt deux ans, c’est un vrai petit monde qui est mobilisé autour de la série et qui évolue dans de studios de 2000 m2 installés dans une ancienne usine d’embouteillage près du port.

L’AVENIR SE PRÉPARE DÈS À PRÉSENT

Mais ce n’est rien à côté des immenses hangars de 16000m2 investis par France Télévisions du côté de Vendargues, à 15 minutes de Montpellier et de La Grande-Motte. Le groupe public a vu grand, très grand, et signé un chèque de 11M€ pour installer sur neuf ans (minimum) les studios d' » Un si grand soleil « , mais aussi ceux de nombreuses de ses prochaines productions. Un pari industriel assumé par Delphine Ernotte, la présidente de France Télévisions, qui voit l’opération comme « un investissement sur le long-terme les espaces encore libres à ce jour étant « à tout moment mobilisables pour de prochains projets.
Pour l’heure, les décors de plusieurs séries et téléfilms sont stockés ici, à moindre coût qu’en région parisienne.

UNE VÉRITABLE FOURMILIÈRE

Autorisations de tournages, renseignements… Du côté des services municipaux de Sète ou du Bureau d’accueil des Tournages de Montpellier, on s’est progressivement adapté à répondre à des demandes d’un nouveau genre, y compris du public qui se verrait bien jouer les stars d’un jour en faisant, pourquoi pas, un peu de figuration.

Certains, comme José, croisé sur le tournage d’  » Un si grand soleil « , en ont même fait une activité régulière, passant de simple  » silhouette  » de second plan à figurant régulier, dont le visage est identifiable et régulièrement présent à l’écran. « Je suis à la retraite, j’ai du temps disponible et j’ai toujours été attiré par les coulisses des séries et des films. C’est une façon agréable de me rendre utile, tout en arrondissant mes fins de mois, explique ce fringant retraité originaire d’Avignon, précisant le montant de sa rémunération : 80 €/jour. Estelle, elle, maquilleuse sur la série de TF1, s’estime heureuse d’avoir trouvé en emploi dans sa ville, après des expériences parisiennes moins heureuses.

« Il y a beaucoup de gens qui, comme moi, grâce à ces séries, confirment leur statut d’intermittent et peuvent travailler sans forcément avoir à quitter la région. Il y a beaucoup de Parisiens, mais les gens d’ici sont de plus en plus nombreux sur le plateau  » explique-t-elle. Exemple avec les comédiens Malik Elakehal (originaire d’Avignon) ou les Montpelliérains Julien Masdoua et Rébecca Truffot  que vous pourriez bien croiser dans les rues de l’Écusson entre deux prises. Et oui, avec un tel soleil et de tels décors naturels, les tournages en plein air se multiplient et on se retrouverait presque dans le champ de la caméra sans le savoir.  •

 

 

Casting à Montpellier pour une expérience écoresponsable de France 2

 

Casting à Montpellier pour la nouvelle série de France 2

 


© Tous droits d’auteurs réservés :
Un texte original de X. Paccagnella / Photo de Fabien Malot