Une série de statuts et d’êtres imaginaires créés par Johanna Goodman

Une série de statuts et d'êtres imaginaires créés par Johanna Goodman 1

Imaginez un monde d’êtres mythiques monumentaux vêtus de costumes surréalistes : des gens faits de montagnes, de rues de ville, de bûches grossièrement sciées ou de panaches de vapeur ; des gens qui portent des maisons, des ailes d’oiseaux, des géodes cristallines ou même la lune.

Telle était la vision de l’artiste de collage Johanna Goodman en 2015 lorsqu’elle s’est lancée dans « A Catalogue of Imaginary Beings », un projet personnel inspiré par le réalisme magique, le surréalisme et le symbolisme qui explore le rôle de l’individu dans la mode, l’histoire, et l’imagination artistique. Quatre ans plus tard, le projet s’est transformé en une série de plus de 350 images ludiques et étrangement iconiques, et a donné lieu à une bourse de la New York Foundation for the Arts, à des commandes du National Geographic et de la New York Metropolitan Transport Authority et à des campagnes publicitaires allant du skateboard aux accessoires de maison de West Elm.

« Je n’arrête pas de penser qu’il a fait son temps, mais ce n’est pas le cas « , dit Goodman. « Je ne suis pas à court d’idées, et je suis de plus en plus intéressé par le monde extérieur. »

Le concept de base est simple : une seule figure – définie par la tête, les bras et les pieds – vêtue d’objets inhabituels et placée dans un décor surréaliste. Mais les images qui en résultent sont à la fois humoristiques et étrangement archétypales et statuesques, comme des totems pop-culture.

Goodman prend des photos d’objets et de paysages du quotidien, les découpe en morceaux et les arrange pour « habiller » ses personnages avec des tenues bizarres et magnifiques. Elle joue avec des proportions encombrantes, favorise les expressions faciales hors contexte et ajoute des objets inoffensifs comme des iPhones ou des tasses à café comme si c’étaient des talismans.

INSPIRÉ PAR LES MATÉRIAUX

Goodman a commencé la série de réalisation sur un coup de tête. « Je fais beaucoup de travaux de couture et de textile, et je n’arrivais pas à me débarrasser de mes rebuts, dit-elle. « A l’origine, j’avais une vision de figures monumentales géantes faites de tous ces débris. C’était amusant, mais après avoir fait beaucoup de copier-coller analogique, je me suis dit : « Pourquoi est-ce que je me limite à ces choses que j’ai en studio ? Et j’ai plongé dans l’imagerie numérique. »

Pour les documents, Goodman utilise une combinaison de ses propres photographies et d’images trouvées, la plupart tirées d’archives historiques dans des bibliothèques, des musées ou des sites du domaine public. « Je suis très exigeante quant à l’origine de mes images ; tout est nettoyé et dans le domaine public « , dit-elle. « Cela vous limite. Par exemple, j’essaie d’intégrer la diversité dans les images, ce qui est un peu difficile car je cherche dans les archives historiques. Si je cherche une femme asiatique, c’est souvent une geisha que je reçois. Ça peut être intéressant, parce que ça peut ajouter de la tristesse ou une expérience de vie dans les yeux, mais ce n’est pas toujours ce que je recherche. »

La grande majorité des êtres imaginaires de Goodman sont des femmes. Quand on lui demande pourquoi, elle fait une pause. « Probablement parce que je suis une femme, c’est ce qui vient naturellement », dit-elle. « J’ai aussi grandi en lisant des magazines de mode, qui sont dominés par les femmes, c’est donc mon défaut. Ce sont des assiettes à la mode. »

Goodman réfléchit un moment. « Et la vérité, c’est que quand on regarde les images de la mode et de la culture pop, j’en ai marre de ce que je vois. J’aime vraiment rendre ces femmes grandes et imposantes, les rendre intemporelles et pas à la mode. J’ai l’impression de m’être fait un modèle que je ne peux pas épuiser. »

Pour en savoir plus sur le travail de Johanna Goodman, parcourez Un catalogue d’êtres imaginaires, ou consultez son site Web ou Instagram.