Prenez garde aux Fake News

Prenez garde aux Fake News 1

Elles se propagent à LA VITESSE DE L’ÉCLAIR sur les réseaux sociaux, génèrent des milliers de clics et font le bonheur des conspirationnistes.

_

Et si l’homme n’avait jamais posé le pied sur Lune ?
Et si le 11-Septembre avait été organisé pour justifier une guerre en Afghanistan et en Irak ? Et s’il n’y avait pas de réchauffement climatique ?

Ces questions, et bien d’autres, sont entretenues par les partisans de théories du complot. Un brin paranoïaques face aux médias traditionnels, ils se fondent, pour bâtir leurs arguments, sur de minuscules détails ou des coïncidences étonnantes (mais parfaitement plausibles). Quitte à sombrer souvent dans le ridicule. Bref, avoir l’esprit critique, c’est bien, à condition de l’exercer jusqu’au bout : c’est-à-dire aussi sur soi-même !

CARTÉSIENS?

79 % des Français croient à au moins une théorie du complot*.

* Source: Ifop, 8 janvier 2018 pour la fondation Jean-Jaurès – Conspiracy Watch.

Un Chinois infesté de vers après avoir mangé des sushis. » Peut-être avez-vous vu passer cette info, illustrée de plusieurs photos, l’an dernier, sur Internet. Elle aurait généré plus de 3,5 millions d’interactions sur Facebook et aurait été reprise par au moins 40 médias dans le monde.
Le problème ? Il s’agissait d’une fausse information ! « Les images des radiographies qui ont circulé en ligne sont authentiques, mais elles montraient un patient atteint d’une infection après avoir consommé du porc. Les points blancs que l’on voit à l’image montrent en réalité des kystes calcifiés », indique le Décodex, créé par des journalistes du Monde.fr pour nous aider à faire la différence entre les véritables informations et les fake news, ces fausses nouvelles ou « infox » devenues si courantes sur le Net.

ELLE CHECKE

Sur sa chaîne YouTube What the Fake, la journaliste Aude décrypte les dernières fake news et explique comment les éviter.

 

Le phénomène n’est pas nouveau. Les « canards », très populaires au XVIIIe siècle en France, rendaient déjà compte d’événements inventés. Sauf que les gens savaient à quoi s’attendre lorsqu’ils achetaient ces journaux ! Aujourd’hui, sur les sites, les blogs et les réseaux sociaux, les fausses informations se cachent au milieu des vraies, sans aucun élément différenciant.

DES FAKE NEWS, POUR QUOI FAIRE ?

Pas si grave ? Tout dépend du sujet traité. Si les fausses informations, aussi fausses que satiriques, relayées par LeGorafi.fr ont pour but de nous amuser, certaines visent clairement à contredire des vérités scientifiques, entacher la réputation d’une personne ou d’une entreprise, ou servir un discours politique.

C’est ce que font, par exemple, certains climatosceptiques, qui contestent l’influence des activités humaines sur les changements du temps à grande échelle constatés sur toute la planète.

Les informations mensongères peuvent aussi avoir des répercussions financières. Un tweet émanant d’un compte malhonnête et annonçant la fin du gouvernement d’Angela Merkel a ainsi provoqué un début de panique boursière, en juin dernier, en Allemagne.

Et puis, les canulars, ça fait de l’audience !

Le site Buzzfeed a montré que vingt fake news en rapport avec les élections américaines avaient généré plus d’activité sur Facebook que les vingt articles les plus partagés des grands médias traditionnels. Une manière comme une autre d’accroître ses revenus publicitaires.

Mais les conséquences peuvent être plus graves encore. Le site américain Naturalnews.com relaie ainsi de fausses études scientifiques faisant croire que les chimiothérapies accélèrent le cancer. Idem pour les contre-vérités diffusées par les opposants aux vaccins, persuadés que les laboratoires pharmaceutiques sont à la manœuvre. Alors que la vaccination a permis de sauver des milliers de vies !

LA MÉTHODE POUR S’Y RETROUVER

Alors, comment faire ? D’abord en examinant les sites qui relaient l’information. Il s’agit de plates-formes inconnues, assorties d’une URL bizarre ? C’est louche !

Tapez les mots clés de cette information dans Google News : si les grands médias ne l’ont pas reprise, c’est qu’ils n’ont pas été en mesure de vérifier cette affirmation.

Attention aux faux comptes Twitter, Facebook ou Instagram. Pour être sûr de ne pas vous faire avoir, ne faites confiance qu’aux comptes certifiés. C’est-à-dire laissant apparaître un badge bleu à côté du nom sur le profil du compte. Exercez-vous aussi à chercher l’origine des infos.  Si l’article est de nature scientifique, l’expert interrogé est-il reconnu ?

Enfin, si le doute subsiste, allez faire un tour sur le Décodex du Monde.fr, les Checknews de Libération.fr, les Info/Intox des Observateurs de France 24.com, ou sur le site Hoaxbuster.com et, pour les anglophones, Snopes.com.

Tous recensent et vérifient en temps réel les principaux canulars, fausses rumeurs et intox qui circulent sur le Web.

 

EMPÊCHER LA PROPAGATION

Parce que les informations se diffusent vite et peuvent faire (vraiment) beaucoup de mal, il faut également savoir empêcher leur diffusion. De quelle façon ? En évitant de les partager ou de les commenter, et en les signalant sur les réseaux sociaux. Mais le plus important reste encore de forger son esprit critique. Et, pour cela, on n’a encore rien inventé de mieux que la discussion avec ses amis.

JEU : INFO OU INTOX ?

  1. François Hollande a été intronisé dans la confrérie du melon.
    VRAI. Son ancien ministre de l’Écologie, Philippe Martin, a immortalisé l’événement et posté la photo sur Twitter. Celle-ci a été repérée par Europe 1.
  2.  MelaniaTrump a un sosie qui, régulièrement, se déplace avec son époux, Donald.
    FAUX. Cette rumeur, partie d’un tweet posté par Joe Vargas (un YouTuber américain), a été partagée près de 100 000 fois sur les réseaux sociaux.
  3. Les dossiers déclassifiés de la CIA comportent le nom de Catherine Deneuve.
    VRAI. Selon un rapport daté du 11 juillet 1969, cité par Le Parisien, l’actrice aurait financé un réseau d’activistes contre la guerre du Vietnam, qui aidait les déserteurs.
  4. Le 10 octobre dernier, Google a racheté Apple pour 9 milliards de dollars pour créer «un géant de la tech».
    FAUX. L’info a été publiée « à la suite d’une erreur technique » par l’agence de presse financière Dow
    Jones, reconnue par tous comme la pro de la finance.
  5. À Toulouse, un Parisien a été abattu pour avoir demandé un pain au chocolat au lieu d’une chocolatine. FAUX. C’est l’un des canulars les plus célèbres du Gorafi, le site parodique connu pour ses articles farfelus.

Texte : Claire Lefbevre.