Précisions méthodologiques : les indicateurs présentés ici sont issus des données collectées auprès des établissements de santé (outil SIVIC), des établissements médico-sociaux (outil Voozanoo), des laboratoires de biologie médicale (outil SIDEP) et des données vaccinales (outil Vaccin Covid).

Pour rappel, le département de l’Hérault est situé en zone de circulation active du virus depuis fin août.

1. Evolution des taux d’incidence et de positivité dans le département de l’Hérault

Les graphiques ci-dessous montrent l’évolution des taux d’incidence et de positivité dans l’Hérault, en les comparant à ceux de l’ensemble de la région et à ceux du niveau national. Ces taux ont évolué parallèlement.

Dans l’Hérault, le taux d’incidence était de 10/100 000 fin juillet 2020, a oscillé autour de 100/100 000 en septembre, puis augmenté de façon très rapide en octobre avec un pic de 500/100 000 fin octobre. Le pic d’incidence a été similaire au niveau national et un peu plus faible pour la région Occitanie (440/100 000).

Définitions

• Le taux d’incidence correspond au nombre de nouveaux cas positifs (détectés par PCR ou test antigénique) sur 7 j pour 100 000 hab.

• Le taux de positivité correspond au nombre de nouveaux cas positifs rapporté au nombre de tests réalisés, sur 7 jours.

A partir de début novembre, le taux d’incidence avait diminué dans l’Hérault comme dans le reste du pays. Il s’était stabilisé début décembre à un niveau élevé, aux environs de 70/100 000 dans l’Hérault, témoignant d’une circulation virale restant importante. Il a de nouveau augmenté à partir de mi-décembre puis a fluctué pendant les fêtes de fin d’année, a augmenté de nouveau depuis début janvier et reste sur un plateau élevé.

Le dernier taux d’incidence disponible est de 163/100 000 dans l’Hérault pour la période du 26 janvier au 1er février, donc 3,3 fois le seuil d’alerte fixé à 50/100 000. Ce taux est plus élevé sur l’ensemble de l’Occitanie (220/100 000) et au niveau national (213/100 000) pour la même période.

Point de situation sur l’épidémie de COVID-19 dans le département de l’Hérault 1 - MontpelYeah Magazine

L’évolution du taux de positivité est restée globalement parallèle à celle du taux d’incidence. Dans l’Hérault, ce taux avait diminué depuis mi-décembre. Cette diminution s’était accentuée à l’approche et pendant les fêtes. Le taux de positivité était en augmentation début janvier. Il est actuellement stable, à 4,9% pour la période du 26 janvier au 1er février (il est de 6,4% sur l’Occitanie et de 6,7% au niveau national pour cette même période).

L’augmentation du recours au dépistage avant les fêtes avait expliqué en partie l’augmentation du taux d’incidence et, surtout, la baisse du taux de positivité observées autour de Noël. Les fêtes avaient été l’occasion d’un certain relâchement, expliquant la ré-augmentation des deux indicateurs au début de l’année. Le couvre-feu et un meilleur respect des mesures barrières pourraient expliquer l’actuelle relative stabilité.

Cependant, la diffusion en France des variants plus contagieux, largement répandus au Royaume-Uni et en Afrique du Sud, reste un risque majeur d’aggravation de la situation dans les semaines à venir.

Définitions
Le taux d’incidence correspond au nombre de nouveaux cas positifs (détectés par PCR ou test antigénique) sur 7 j pour 100 000 hab.

Le taux de positivité correspond au nombre de nouveaux cas positifs rapporté au nombre de tests réalisés, sur 7 jours.

Le graphique ci-après montre à la fois le taux de positivité et le nombre de tests réalisés chez les personnes qui résident dans l’Hérault. En mai-juin, il y avait près de 7 000 tests réalisés en moyenne chaque semaine dans l’Hérault. Ce nombre a augmenté, jusqu’à 34 000 tests hebdomadaires en octobre, et plus de 40 000 au moment du pic. Début décembre, 24 000 tests hebdomadaires étaient réalisés. Ce nombre a très nettement augmenté à l’approche des fêtes, avec 68 000 tests réalisés entre le 18 et le 24 décembre. Ce nombre a ensuite nettement baissé. Actuellement environ 40 000 tests sont réalisés chaque semaine.

Point de situation sur l’épidémie de COVID-19 dans le département de l’Hérault 3 - MontpelYeah Magazine

2. Evolution des taux d’incidence et de positivité par EPCI dans l’Hérault

Le tableau ci-dessous donne les taux d’incidence (/100 000 hab.) et de positivité dans les EPCI. Pour rappel, à l’exception de la métropole montpelliéraine, les données infra-départementales doivent être interprétées avec prudence en raison de l’échelle de population plus modeste.

On observe une augmentation du taux d’incidence et du taux de positivité entre les deux dernières semaines pour 6 EPCI sur 16 et une baisse pour les 10 autres. Ces évolutions reflètent le plateau élevé et relativement stable à l’échelle du département.

Point de situation sur l’épidémie de COVID-19 dans le département de l’Hérault 5 - MontpelYeah Magazine

Les graphiques ci-dessous illustrent l’évolution hebdomadaire du taux d’incidence dans les 16 EPCI de l’Hérault ces cinq dernières semaines (source : Géodes-SpF).

Point de situation sur l’épidémie de COVID-19 dans le département de l’Hérault 7 - MontpelYeah Magazine

3. Evolution des hospitalisations (établissements publics et privés) dans l’Hérault

Le graphique ci-dessous représente le nombre de personnes en cours d’hospitalisation pour 100 000 habitants, et parallèlement le taux d’incidence. Le nombre total d’hospitalisations et d’hospitalisations en réanimation était en augmentation régulière depuis le mois d’août pour atteindre un pic à la mi-novembre avec 467 patients hospitalisés dont 101 en réanimation. Ce pic est survenu 15 jours/3 semaines après le pic d’incidence. Pour mémoire, le pic d’hospitalisation lors de la 1ère vague avait été atteint début avril avec 265 patients hospitalisés, dont 80 en réanimation.

La situation s’était nettement améliorée à partir de la mi-novembre, mais le nombre d’hospitalisations en cours tend actuellement à ré-augmenter avec des nombres de patients en hospitalisation classique et en réanimation à un niveau élevé. Au 4 février, il y avait 240 patients Covid hospitalisés dans l’Hérault (+24% par rapport au 28 janvier), dont 52 en réanimation (+37%). Le taux régional d’occupation des lits de réanimation pour Covid était de 57% de la capacité initiale (lits autorisés) et de 43% de la capacité effective à date. En raison du taux d’incidence élevé, la situation continue d’être suivie avec la plus grande attention.

Point de situation sur l’épidémie de COVID-19 dans le département de l’Hérault 9 - MontpelYeah Magazine

Au-delà de cette « photographie » prise à un moment donné du nombre de places occupées, il y a des entrées et des sorties régulières en hospitalisation. Le nombre total de patients pris en charge est donc bien supérieur à la situation à un moment donné.

Ainsi, le nombre de personnes nouvellement hospitalisées pour Covid-19 (graphique ci-dessous) était de 13 en juillet, 106 en août, 240 en septembre, 782 en octobre, 864 en novembre, 322 en décembre, 388 en janvier et 113 les 4 premiers jours de février. Parmi ces hospitalisations, le nombre de nouvelles admissions en réanimation pour Covid-19 était de 1 en juillet, 12 en août, 65 en septembre, 187 en octobre, 152 en novembre, 65 en décembre, 96 en janvier et 22 les quatre premiers jours de février. Sur l’ensemble de la période du 19 mars 2020 au 4 février 2021, 3 698 patients ont été hospitalisés dans l’Hérault, dont 816 en réanimation.

Point de situation sur l’épidémie de COVID-19 dans le département de l’Hérault 11 - MontpelYeah Magazine

4. Evolution du nombre des décès liés au COVID-19 dans l’Hérault

Le nombre total cumulé et le nombre hebdomadaire de décès en établissements de santé (publics et privés) et établissements médico-sociaux (EMS) depuis le début de l’épidémie (mars 2020) apparaissent dans les graphiques ci-dessous.

En cumulé, on enregistre au 4 février 2021 un total de 785 décès dans l’Hérault, dont 567 en établissements de santé (122 pendant la 1ère vague et 445 lors de la 2e/3e vague, soit 3,6 fois plus) et 218 en EMS, quasi exclusivement en EHPAD (38 pendant la 1ère vague et 180 lors de la 2e/3e vague, soit 4,7 fois plus). Il existe un délai de déclaration des décès en EHPAD.

Point de situation sur l’épidémie de COVID-19 dans le département de l’Hérault 13 - MontpelYeah Magazine

5. Premières données sur la vaccination dans l’Hérault

Deux vaccins à ARN messager sont disponibles en France depuis la fin de l’année 2020 : Pfizer-BioNTech COMIRNATY® (conservé à -70°) et Moderna (conservé à -20°). Tous deux nécessitent deux injections à 3-4 semaines (Pfizer) ou 4 semaines (Moderna) d’intervalle.

Les publics cibles de cette première étape sont les personnes résidant en EHPAD et USLD (unités de soins de longue durée), les personnes en âgées de 75 ans et plus, les professionnels de santé de 50 ans et plus ou porteurs de facteurs de risque de forme grave (obésité, diabète, etc.), les aides à domicile intervenant auprès de personnes âgées, les sapeurs-pompiers, les personnes ayant une pathologie qui les expose à un très haut risque (atteints de cancer sous chimiothérapie, patients dialysés, etc.) et les personnes handicapées résidant en MAS (maisons d’accueil spécialisées) ou en FAM (foyers d’accueil médicalisés).

Les informations sur le nombre de personnes vaccinées sont accessibles au public. Ces données, arrêtées à J-1 (données brutes sur data.gouv.fr) ou J-2 (outils de cartographie Géodes-SpF), incluent les nombres quotidien et cumulé de personnes vaccinées selon le nombre de doses, la tranche d’âge et le sexe, à l’échelle nationale, régionale et départementale (à l’heure actuelle, les données départementales sur les 2èmes doses ne sont pas encore accessibles en ligne). Ces données sous-évaluent légèrement la réalité des vaccinations en raison d’informations non encore remontées dans le système d’information Vaccin Covid ; elles sont consolidées quotidiennement.

Les données (départementales, régionales et nationales) de vaccination dans les EHPAD et USLD (unités de soins de longue durée) avec au moins une dose et avec 2 doses sont désormais également accessibles.

La vaccination par le vaccin Pfizer a débuté dans l’Hérault il y a un mois, le 4 janvier. Au 3 février, plus de 31 000 personnes y avaient reçu au moins une dose de vaccin Pfizer-BioNTech (ce qui représente 2,7% de la population héraultaise) dont au moins 5 800 résidents en EHPAD ou en USLD (graphique ci-dessous).

A cette même date, 176 000 personnes (dont 37 500 résidents en EHPAD ou en USLD) avaient reçu au moins une dose de vaccin sur l’ensemble de l’Occitanie et 1 687 000 (dont 373 000 résidents en EHPAD ou en USLD) sur l’ensemble de la France, ce qui représente des proportions de population vaccinée du même ordre.

Point de situation sur l’épidémie de COVID-19 dans le département de l’Hérault 15 - MontpelYeah Magazine

L’arrivée d’un troisième vaccin, Oxford-AstraZeneca (à vecteur viral de type adénovirus), est prévue dès le week-end prochain. Ce vaccin nécessite également deux injections, espacées de 9 à 12 semaines. Son mode de conservation (+2 à 8°) rend son maniement beaucoup plus aisé. Il est réservé aux personnes de moins de 65 ans. Dans un premier temps il sera destiné à l’ensemble des personnels de santé.


  4432 Views certified by Sharriz.com
Retour haut de page