Un petit tour à Starsbourg

Un petit tour à Starsbourg 1
Visite guidée, culture et gastronomie notre city trip à Strasbourg regorge de bonnes adresses et de plans exquis au départ de Montpellier

_

© Iberia Joven


Visite guidée de Strasbourg en compagnie de Serge BLOCH

Un petit tour à Starsbourg 2D.R

Les états d’âme de Max et Lili et les oreilles pointues de SamSam sont connus dans toutes les cours de récréation. Leur dessinateur, Serge Bloch, a créé bien des personnages depuis sa formation aux Arts décoratifs de Strasbourg, et fait le tour du monde, mais il continue de retrouver ses copains à l’ombre de la cathédrale de grès rose.

« Ma promenade commence à la cathédrale, le pivot de Strasbourg. Elle est enserrée par le dédale des rues médiévales et on ne la voit qu’au moment où on a le nez dessus : énorme, avec sa flèche vertigineuse. Les sculptures des façades me fascinent : les vierges folles et le Tentateur, la représentation lascive et subtile de la Synagogue, des centaines de personnages… et une mine d’inspiration. Dans l’ombre de ce mastodonte, il faut aller voir le musée de l’Œuvre Notre-Dame où sont conservés les éléments trop fragiles pour rester exposés aux intempéries : une succession de merveilles. Je fais ensuite une pause sur l’une des péniches-bars du quai des Pêcheurs, très fréquentées par les Strasbourgeois, ou bien je retrouve des amis pour déjeuner au Strissel, un restaurant où l’on parle alsacien et où je prends une bouffée de souvenirs. J’aime aussi marcher dans le quartier de l’université.

Le théâtre et la bibliothèque nationale, le jardin botanique et ses serres, le planétarium où l’on se croirait dans L’Étoile mystérieuse de Tintin : c’est une tout autre atmosphère que celle de la vieille ville, un saut dans le temps. Je fais toujours quelques brasses aux Bains municipaux, presque inchangés depuis leur construction en 1905 dans une architecture somptueuse où se mêlent le style mauresque et l’esprit Art nouveau. Puis je vais voir les ateliers des copains, dans des friches très vivantes dont j’espère qu’elles survivront aux chantiers d’agrandissement de la ville : la Basse Cour des miracles, du côté du port du Rhin, sur le site de l’ancienne Coop, et la Semencerie, dans le quartier de la Laiterie. Les collectifs installés là organisent des marchés de Noël off, des expositions, des concerts. C’est très “quartier” et chaleureux. »

Un petit tour à Starsbourg 3

CULTURE

Un petit tour à Starsbourg 4LE CEAAC
Dans un ancien magasin de porcelaine aux escaliers de fer forgé et vitrines Art nouveau, le Centre européen d’actions artistiques contemporaines programme des plasticiens internationaux et de jeunes artistes alsaciens. Promoteur de la création dans la région, le Ceaac enrichit régulièrement la collection de sculptures en plein air du parc de Pourtalès et trace une route de l’art contemporain à travers toute l’Alsace.


LE MAMCS
Le damier multicolore de la façade du musée d’Art contemporain s’élève de toute sa modernité face aux colombages de la Petite France. La collection, installée dans de lumineux volumes, comporte un fonds consacré à Gustave Doré, le premier et le plus célèbre des illustrateurs strasbourgeois, et une salle dédiée à son grand-œuvre de peintre : Le Christ quittant le prétoire. La très agréable terrasse du restaurant surplombe l’Ill et le barrage Vauban.

Un petit tour à Starsbourg 5LE TNS
L’unique théâtre national implanté hors de Paris, créé en 1968 par André Malraux, est issu directement de la politique culturelle de la Libération. La réflexion sur le rôle de l’art dramatique dans la société fait partie de son ADN, et son école d’acteurs a formé des générations de grands comédiens. Travaillant avec un collectif de six metteurs en scène, dix acteurs et quatre auteurs, son directeur, Stanislas Nordey, se mobilise pour « un théâtre d’art exigeant et populaire ».

LE MUSÉE TOMI-UNGERER
La sévère façade de la villa Greiner ne permet pas d’imaginer le foisonnement des huit mille dessins et six mille jouets que comportent les collections du musée Ungerer : aux côtés des planches des albums pour enfants, on trouve des dessins satiriques ou érotiques, des affiches politiques et publicitaires, et la collection de jouets du dessinateur alsacien. Seul le chemin tortueux qui mène à la porte d’entrée indique que ce musée-là a quelque chose de baroque.


PLACES DE L’IMAGE
Strasbourg possède deux très actifs espaces de présentation de photographies : La Chambre, sur la place d’Austerlitz, et Stimultania, à deux pas de la gare. Les deux lieux explorent et défendent la photo qui questionne et les expositions se succèdent à un rythme soutenu. Toujours assez trendy, ils organisent aussi des concerts et des événements conviviaux.


LE QUARTIER DE LA LAITERIE
Au sud du quartier de la gare, la Laiterie est un îlot un peu excentré où plusieurs espaces culturels et alternatifs se serrent les coudes : le Molodoï, une salle autogérée pour la jeunesse ; les deux salles de concert de la Laiterie, et son festival de musique électronique l’Ososphère ; le Taps Laiterie, Théâtre actuel et public de Strasbourg, tourné vers l’écriture contemporaine et dont l’autre salle se situe au Neudorf ; l’Espace K et sa programmation 100 % humour ; la Semencerie, enfin, une friche d’ateliers d’artistes ouverts au public pour des événements réguliers.


LA PRESQU’ILE MALRAUX ET LE SHADOK
Au milieu du canal du Rhône au Rhin s’alignent les bâtiments de brique et de béton très années 1930 de l’ancien armement Seegmüller. Un ensemble bellement rénové, avec une bibliothèque, des cafés tranquilles et le Shadok, un lieu consacré au numérique, avec expos, ateliers et fab-lab.

Un petit tour à Starsbourg 6GASTRONOMIE

LA HACHE
Dans une bâtisse historique face à l’ancienne douane s’est installé cet authentique bistrot. Une salle habillée de bois, un mobilier moderne et, dans l’assiette, c’est le répertoire d’une cuisine de région : presskopf (fromage de tête) à la moutarde à l’ancienne, caille en crapaudine à la diable et pommes paille… Véritable lieu de vie, la maison sert en continu de 12 h à 1 h 30.

Formules déjeuner : 12-17-22 €

03 88 32 34 32

Un petit tour à Starsbourg 7

UMAMI
Au Japon, l’umami désigne le cinquième goût, et à Strasbourg, c’est une véritable expérience culinaire. Après avoir globe-cooké du Canada à l’Australie en passant par la Chine, le chef René Fieger fusionne toutes ces influences dans une cuisine sacrément créative : salade de tourteau, yuzu et asperges blanches,  poitrine de cochon fermier et kimchi de concombres.

Menus : 50-70 €

Carte : 60 €

03 88 32 80 53

strasbourg

CHUT
Ne le répétez pas, car cette cache est confidentielle : au cœur du quartier de la Petite France planque un hôtel du XVIIe au charme discret. L’adresse de Mojgan Henriet est un vrai refuge gourmand : tataki de thon, suprême de volaille et asperges à déguster dans un cadre cosy, loin des murmures de la ville. Pour manger heureux, il faut parfois manger caché.

Menus : 28-38 €
03 88 32 05 06

Un petit tour à Starsbourg 8

LES HARAS
L’ancien haras national de Strasbourg est devenu un magnifique complexe hôtelier. Côté restauration, sous une charpente en bois du XVIIIe, la carte cornaquée par Marc Haeberlin, le chef trois étoiles de l’Auberge de l’Ill à Illhaeusern, reste fidèle à l’esprit de brasserie : maquereau cuit au vin blanc, anguille tiède fumée et tronçons de lotte au beurre blanc.

Formules déjeuner : 25-31 €
03 88 24 00 00

foie gras strasbourg

BUEREHIESEL
L’élégante maison à colombages et sa verrière abritent un temple de la gastronomie. L’adresse mythique d’Antoine Westermann a dignement été reprise par son fils Éric. Depuis, le chef décline un répertoire bourgeois : pâté en croûte au pigeon, foie gras et volaille ou cochon de plein air.

Formule déjeuner : 37 €

Menus : 68-91-98 €

03 88 45 56 65

Un petit tour à Starsbourg 9

AU PONT CORBEAU
Trente-sept ans que l’histoire dure ! Dans un décor traditionnel tout en bois, l’hôte Christophe Andt sert sur des nappes à carreaux une cuisine alsacienne à base de produits locaux : choucroute garnie, émincé de tête de cochon à la sauce gribiche… Au déjeuner, la formule est un modèle du genre.

Formule déjeuner : 13,50 €

Carte : 35 € environ

03 88 35 60 68


PUR’ETC.
Ce concept de restauration rapide est à ranger dans la catégorie fast-good. Lauréate du prix durable “The Place to Bio“, la maison met à l’honneur des producteurs locaux dans un rayon de soixante-dix kilomètres. Sur le plateau ? Quiche, salade, hachis parmentier et navarin d’agneau en pot. Fort de son succès, le concept se décline ailleurs dans la ville et jusqu’à Paris.

Formules : 7,90-14,50 €
09 83 78 38 79


LA NOUVELLE DOUANE
Installé dans les anciennes douanes sur les bords de l’Ill, ce supermarché rassemble sous son toit des produits de ferme en vente directe, issus de vingt-deux producteurs du Bas-Rhin. Éleveurs, apiculteurs, maraîchers, fromagers et viticulteurs signent dans cette halle vertueuse un véritable retour à la terre en plein centre-ville.

03 88 38 51 70


le city trip STRASBOURG pour Montpelyeah
Rédaction : Pascale Pisani (Culture), Charles Patin O’Coohoon / La Petite Écurie (Goût)
Secrétaire de rédaction : Florence Leroy Illustrations : lilidesbellons.com Photos : Visite guidée ©Alexi TAUZIN ; Culture : TNS ©Franck Beloncle ; CEAAC © droits réservés CEAAC ; Shadok ©Bartosch Salmanski ; Gout : foie gras, bar et choucroute ©Alexis Delon ; salle ©Sandro Weltin ; plat poisson et dessert Buerehiesel ©NIS et FOR ; Stanislas Nordey ©Jean-Louis Fernandez 004 ; Vos histoires de TGV ©artanika