Un héraultais invente le boîtier du futur dans la restauration

Patrick Massalou a lancé le système Press and Call qui optimise le service pour le client et l'établissement

Patrick Massalou a lancé le système Press and Call qui optimise le service pour le client et l’établissement.

Un système qui arrange tout le monde aussi bien le client que le restaurateur.

Il y a des idées qui paraissent tellement évidentes et pertinentes que l’on se demande bien pourquoi personne n’y a songé plus tôt. Celle sur laquelle l’Héraultais Patrick Massaloux planche depuis trois ans entre dans cette catégorie. Et elle est en passe de “révolutionner” la restauration. Du moins d’optimiser le service en salle pour le plus grand bonheur des clients et des établissements tels que les restaurants, les plages privées, les bars… quasiment tous les endroits où l’on consomme nourriture et boissons. Le boîtier, nommé Press & Call, que l’entrepreneur a mis au point, permet de réduire considérablement le temps d’attente.

Tout relié à l’écran de contrôle
Avec ses trois boutons – commande, service, addition – cette petite télécommande disposée sur chaque table est reliée à une unité centrale, un écran de contrôle disposé au niveau d’un point de passage régulier des serveurs, proche de la caisse et visible par le responsable de l’établissement.  » Chaque boîtier est identifié par un numéro sur l’écran pour que l’on sache qui a appelé pour passer commande ou pour demander par exemple que soit remplie la corbeille de pain ou pour payer l’addition « , explique Patrick Massaloux.

Ainsi, les tables sont mieux gérées, les attentes moins longues, la réactivité du personnel en salle meilleure.  » Le client est content car il est servi à temps. Le serveur aussi parce qu’il intervient quand c’est nécessaire. Le patron parce que tout est synchronisé et la rotation des tables se fait plus facilement « , indique Jean-Marc Palianoff, l’associé de Patrick Massaloux.

Recherche d’investisseurs
Ce dernier a imaginé son boîtier après avoir été confronté à des courses contre la montre lors de repas.  » Étrangement, personne n’avait pensé à ce système. Même pas chez les Anglo-Saxons, ce qui peut se comprendre car le personnel, payé au pourboire, travaille différemment, piste les besoins du client.  » Patrick et Jean-Marc ont déposé le brevet de Press & Call. Fait une étude de marché très concluante. Testé le produit chez des restaurateurs. Commencent à rentrer des commandes, dont celle d’un important groupe installé sur la région qui souhaite la livraison de plus de 130 boîtiers pour la fin de l’année.

« On pensait partir sur de la production d’usine mais devant le succès rencontré, on doit industrialiser tout et démarrer vite pour pouvoir honorer nos premiers clients.  » L’investissement de base n’est donc plus le même. Les deux associés ont consacré toutes leurs économies au projet et recherchent à présent le soutien d’investisseurs, particuliers comme mécènes. Le compte à rebours est lancé. Et Patrick Massaloux, lui, a déjà des idées pour la suite.

P. GUIPPONI