Louvre-Lens

« C’est vrai que la première année il y avait très peu de public, l’attention était plutôt focalisée sur le musé e, avoue Virginie Labroche, la programmatrice. Durant la deuxième saison, on a compté trois ou quatre spectacles complets… c’est quand même le signe que ça prend. On commence vraiment à être identifié ».