Le nom de la nouvelle région Languedoc Roussillon

La Région, qui choisira dans une semaine son nouveau nom, va-t-elle ou non s’asseoir sur le choix des internautes? Quatre jours après la clôture de sa grande consultation, qui a rassemblé 210 000 votants, dont 168000 sur Internet, rien n’a filtré sur les résultats.

 

« Nous effectuons les vérifications, pour nous assurer que des personnes n’ont pas voté deux fois, par papier et par Internet », explique-t-on dans l’entourage de la présidente Carole Delga.

 

Selon nos informations, non confirmées par la Région, c’est le nom « Occitanie » qui arriverait en tête, légèrement devant « Languedoc-Pyrénées ». Mais Carole Delga l’a toujours dit: il s’agit d’une consultation, pas d’un référendum.

« Le Conseil régional tiendra compte de la consultation, mais aussi de celle des institutions, de l’avis du Conseil économique social et environnemental régional, de celui des lycéens’: indique son directeur de cabinet « S’il y avait eu 650000 votants, glisse un élu régional, ç’aurait été compliqué d’aller contre l’avis des citoyens. Mais avec une participation aussi faible, ce qui est une déception, la consultation n’est pas représentative. »

 

Selon lui, c’est « Languedoc-Pyrénées » qui aurait les faveurs d’une grande partie des élus de la majorité.

 

Un nom un peu longuet, mais « fédérateur » et consensuel » et qui aurait également la préférence de la présidente. Pour ses détracteurs, « l’Occitanie s’étendait sur une trentaine de départements, de l’Aquitaine à Rhône-Alpes.

 

Et puis, c’est un nom du passé’: D’autres évoquent un éventuel rejet par le Conseil constitutionnel… Oui, mais voilà: « Occitanie » plaît beaucoup au groupe Nouveau Monde, allié de Carole Delga, qui compte dans ses rangs un représentant du Parti occitan. ‘Je ne vois pas en quoi dire « nous sommes en Occitanie » est dangereux pour la République!’, s’exclame son chef de file, Gérard Onesta, sur France Bleu Toulouse.

 

L’écologiste, qui appelle à « se ranger derrière l’avis des citoyens », envisage d’ores et déjà de « déposer des amendements si besoin ». Chaude séance en perspective…