Mawaran et Erransa

Erransa, Chants séfarades Sandra Hurtado-Ròs, chant Mick-André Rochard, oud Abdalatef Bouzbiba, violon Thierry Gomar, percussions Les romances séfarades en ladino expriment la nostalgie de l’Espagne après l’exil de 1492. Chantées en langue judéo – espagnole, mélange de Castillan et de quelques mots d’Hébreu, elles s’apparentent à la poésie médiévale espagnole des XIème et XIIème s.

Erransa, Chants séfarades Sandra Hurtado-Ròs, chant Mick-André Rochard, oud Abdalatef Bouzbiba, violon Thierry Gomar, percussions Les romances séfarades en ladino expriment la nostalgie de l’Espagne après l’exil de 1492. Chantées en langue judéo – espagnole, mélange de Castillan et de quelques mots d’Hébreu, elles s’apparentent à la poésie médiévale espagnole des XIème et XIIème s. La forme et la langue n’ont pas été définitivement fixées à ce moment-là puisqu’elles ont été transmises oralement et modifiées par les influences musicales des pays méditerranéens dans lesquels elles ont continué à être chantées durant des siècles. La plupart de ces mélodies sont des chants de femmes. Mawaran, Chant arabo-andalou du Moyen-Orient Mawaran, chant Pierre Blanchut, santur Florent Rousset, percussion Une voix libanaise, grave, profonde, celle de Mawaran, formé dans la pure tradition arabo-andalouse du Moyen-Orient. Compositeur, poète, sont art est né dans les souterrains de la guerre. Il a […]

Une info régionale vue sur www.laregion.fr:
Lire l’intégralité de l’Article Original sur Le site de La Région Languedoc Roussillon