The BLAZE le duo français qui a mis le feu à notre hiver

Il y a comme une sensation de profusion et d’élévation à la moitié de l’écoute de «Territory», le deuxième court métrage du duo français The Blaze. Un entraîneur de boxe, debout devant un groupe de jeunes hommes, démontre des coups de couteau pointés accompagné par les jabs synthétiques de la chanson. C’est l’esthétique visuelle emplie de magie qui colle parfaitement à The Blaze, dont la petite production de chansons et de vidéos se concentre sur des moments d’intensité et d’intimité entre les hommes.

Mais ce n’est pas seulement une parenthèse sonore et du travail habilement exécuté qui sont unis; Chaque fois que ces synthés se matérialisent, des poinçons apparaissent aussi dans notre esprit. L’attention du duo insaisissable très attentif au détail a créé de nombreux fans dans le monde entier , du directeur de Moonlight, Barry Jenkins, au célèbre réalisateur grec / français Romain Gavras.

©Benjamin Loyseau

The Blaze ce sont  Jonathan et Guillaume Alric, deux cousins ​​- tous deux «d’environ 30 ans», disent-ils, qui vivent à Paris. Né en Côte d’Ivoire, Jonathan est revenu en France à l’age de trois ans, où avec Guillaume ils ont ensuite tous deux grandi dans de petits villages, entourés par la musique classique qu’affectionné leurs parents. Guillaume a ensuite développé son amour du reggae, et a commencé à produire sa propre prise sous le nom de Mayd Hubb. Jonathan, quant à lui, est allé à l’école de cinéma à Bruxelles.
Pendant son séjour là-bas, Jonathan a demandé à Guillaume de l’aider à traiter une bande-annonce qu’il faisait pour la classe, et ils ont commencé à faire de la musique sous le blaz : The Blaze. Leurs collaborations s’appuient sur la sensation chaleureuse de la musique dualiste, mais utilisent également des percussions brillantes et des chants lugubres (les deux cousins ​​chantent, mais leurs voix sont déformées pour être plus proches). Le résultat est un son hypnotisant et lentement planant qui chevauche la house et la pop, une esthétique qui a d’abord été dévoilée en 2016 avec « Virile », leur première vidéo sur le célèbre label Bromance Records de Brodinski.
Dans nos studios de Montpellier nous avons donc interviewé  Guillaume, (très malade ce jour là) , tandis que Jonathan, aux boucles noires et aux lunettes rondes, nous tenait un discours plutôt poétique.

Nous avons discuté de la façon dont ils ont commencé à travailler ensemble, les films qui les inspirent, et Territory, leur premier EP, du 7 avril 2017. À écouter en streaming : https://lnk.to/TheBlazeTerritory

 

Quelles sont vos influences cinématographiques?
JONATHAN: Nous aimons le cinéma social. Comme Ken Loach. Je ne sais pas si vous avez vu American Honey par Andrea Arnold. [Regarder ce film] a été une très bonne expérience. Nous avons aimé l’énergie, la liberté et la beauté de ce film. Le premier film qui m’intéressait était Amores Perros, dirigé par Alejandro González Iñárritu.
GUILLAUME: En général, nous aimons le cinéma qui parle des humains. Comme Les Valseuses – un film ancien, parlant de la relation entre deux gars sur la route. Nous aimons ce genre de cinéma – quand tout est à propos de l’émotion, de l’amour.
Pourquoi est-il important pour vous de diffuser votre musique avec des visuels?
GUILLAUME: C’est vraiment une fusion. Nous commençons tout à tout avec la musique ou le visuel, mais c’est un long processus.
JONATHAN: Nous n’hésitons jamais à revenir en arrière. Nous sommes très dur pour nous-mêmes. Nous parlons beaucoup. Cela peut prendre beaucoup de temps.

« Virile » est une expression de tendresse de l’amitié entre deux hommes. Quelle était l’idée derrière elle?
JONATHAN: Nous cherchions une idée très simpliste. Parce que nous sommes deux, nous avons eu l’idée de faire deux personnes dans la chambre, de fumer, de danser et de chanter.
GUILLAUME: Nous l’avons fait par nous-mêmes, donc nous n’avions pas beaucoup d’argent. Donc, on s’est dit « D’accord, nous avons juste une chambre et deux gars. Que pouvons-nous faire avec ça?  »
JONATHAN: La chose la plus importante pour nous dans « Virile » parle de ce que nous connaissons sur les relations entre les gars. À propos des amis qui passent du temps ensemble … comme nous deux, travaillons à la musique. C’était une photo de ce que nous vivions à l’époque. Il y a toujours quelque chose de nous dans nos visuels.
GUILLAUME: C’est comme une mise en abime.

The Blaze – VIRILE

Que signifie la vidéo « Territory » pour vous?
JONATHAN: Nous avons tous un endroit où nous appelons la maison, et nous vivons souvent loin de là. «Territory» raconte l’histoire d’un jeune homme revenant à sa famille après une longue période. C’était, pour nous, un moyen de montrer des sentiments forts comme l’amour, et peut-être l’arrogance de la jeunesse. Cette situation n’est jamais facile – vous devez parfois vous battre pour vous sentir chez vous, dans un endroit qui ne vous appartient plus. C’est un sentiment fort de joie et de contradiction.
GUILLAUME: Ce n’est pas seulement la masculinité. Nous cherchons toujours à souligner les jeunes dans nos vidéos musicales – c’est quelque chose qui est vraiment important pour nous. La façon dont vous agissez avec vos amis et votre famille, la façon dont vous partagez des moments, cette liberté.
Pourquoi la représentation de la jeunesse était-elle une chose importante pour vous ?
JONATHAN: Parce que nous sommes jeunes! Dans notre EP, il y a aussi le titre, Territory. Pour nous, il existe il a de nombreuses significations. Comme, c’est notre premier EP, alors c’est comme si nous prenions progressivement notre place dans ce paysage – ce paysage de musique. Cet EP c’est le début de notre histoire. En revanche, il est moins personnel et plus universel. De nos jours, l’idée du territoire est très présente, nous voulions aller plus loin que cette simple signification et ces frontières là.

GUILLAUME: « Nous cherchons toujours à mettre en avant les jeunes dans nos clips. On avait vraiment envie de traiter cette façon dont on agis avec nos amis et notre famille, la façon dont on partage les moments, cette liberté.  »
Combien de temps a-t-il fallu pour réaliser cet EP ?
GUILLAUME: Nous avons tout d’abord créé beaucoup de titres. Nous en avons fait un centaine pour cet EP, et nous en avons juste pris cinq au final 🙂
JONATHAN: Il a fallu un an, au moins. Nous voyageons beaucoup. Je vis à Bruxelles, et parfois j’allais à Dijon, parce que le studio de musique est à Dijon, où j’ai vécu avec Guillaume. Et parfois, il est venu à Bruxelles pour travailler et boire des bières. Nous avons également fait une des pistes chez notre grand-père, dans le sud de la France. Nous sommes restés avec lui preque une semaine. Chaque chanson est comme une réunion, un carrefour.
Et après?
GUILLAUME: Nous sommes sur un album, et parallèlement sur une prochaine vidéo. Et nous travaillons également sur le live.
Encore une chose: pourquoi avoir choisi comme nom « The Blaze » (l’incendie) ?
GUILLAUME: Nous aimons ce nom, car ça signifie quelque chose de chaud, quelque chose qui peut détruire les stéréotypes. « The blaze » est quelque chose de fort, en général.
JONATHAN: En français, « un Blaze » c’est « nom », en argot en parlé populaire.
GUILLAUME: Comme vous pouvez le dire en français, « Mon blaze c’est Guillaume ». Mais la signification principale est la chaleur et la force: l’amour et l’espoir.

Merci The Blaze et à bientôt !

 

The Blaze – leur vidéo  » TERRITORY « 

 

 

Directed by The Blaze

Produced by Iconoclast
Production service by Deux Horloges
Director of photography : Benoit Soler
Producer : Roman Pichon Herrera
Actor : Dali Benssalah
Stylist : Juliette Alleaume