Exercice de style : Alex Grigg X Trevor Noah.

Nous avons demandé à l'auteur de film d’animation australien Alex Grigg de donner vie aux pensées et reflexions de Trevor sur les zones libres.

 

Exercice de style : une animation d’ Alex Grigg sur les mots de Trevor Noah.

Sujet :

Les « zones neutres » (safe spaces) sont très controversées, et Trevor Noah (animateur du Daily Show américain ) a du mal à comprendre tout le tapage qui est fait à propos de ce fait d’actualité. Lors de l’événement « Get With The Times » du New York Times à la Northwestern University, le comédien et animateur a expliqué pourquoi il est fasciné par l’ensemble de la discussion autours de ce sujet de société.

Nous avons demandé à l’auteur de film d’animation australien Alex Grigg de donner vie aux pensées et reflexions de Trevor au cours de cet entretien et de nous raconter comment à cheminé son propre processus créatif.

Le résultat à voir ici :

Le processus de création d’Alex Grigg :

« Quand j’ai commencé dans ce métier, j’acceptais vraiment tout ce qui se présentait à moi. À présent, j’essaie d’être un peu plus délibéré mes choix et à quoi je consacre du temps. »

« En général, j’ai une vague idée de ce que je veux essayer de faire au cours de l’année à venir, de manière à ce que lorsque les projets arrivent, je puisse me décider et avoir la possibilité de les accepter ou non. »

 

 

  Les projets avec une liberté créative et une sorte de contexte culturel positif sont prioritaires, tout comme les projets qui me poussent dans une direction technique qui m’intrigue.

 

J’adore le travail de Trevor Noah – il a toujours une vision vraiment réfléchie et drôle des choses. Toute cette interview sur laquelle vous m’avez demandé de travaillé est fascinante et honnêtement, il m’a était difficile d’en choisir une seule partie.

 

 

En fin de compte, cette section sur les espaces sécuritaires s’est démarquée parce qu’elle mettait l’accent sur les mots et sur la façon de les tordre et de les armer. C’était très opportun.

Lors de mes recherches, j’ai été particulièrement inspiré par le designer japonais Ikko Tanaka. Il utilise souvent des formes dramatiques et de lourdes lignes noires pour définir les espaces dans ses mises en page. Cela correspondait tout à fait au sujet du scénario.

 

 

Je voulais aussi créer des personnages assez attrayants pour avoir du plaisir visuel, mais assez abstraits pour qu’ils soient perçus comme des symboles universels.

 

 

Avoir comme base de travail le monologue de Trevor était un bon point de départ. Pour des essais comme celui-ci, je prends un carnet de croquis et j’écris une ligne de dialogue en haut de chaque planche de dessin, puis je commence à dessiner des panneaux de storyboard en dessous.

 

 

Je fais presque toujours mes premières esquisses à partir d’un ordinateur – je me rends dans un café et passe quelques heures à dessiner. Ensuite, je le ramènerai au studio et je commencerai à affiner les dessins numériquement et à les chronométrer.

 Les projets avec une liberté créative et une sorte de contexte culturel positif sont mes projets prioritaires.

 

Il se peut que je doive le faire plusieurs essais avant de trouver quelque chose que j’aime. Quelque part dans ce processus de raffinage, je commencerai à dessiner mes montures préférées. Je vais itérer ces designs autant de fois que nécessaire (cela me prend généralement le plus de temps) et ensuite j’appliquerai cette direction artistique au reste des storyboards.

 

 

Je pense que ce projet était un défi parce que je voulais refléter l’équilibre intelligent entre l’humour et la critique authentique de Trevor. La comédie en animation peut être délicate parce qu’il est difficile de savoir exactement comment tout cela fonctionnera à l’avance.

 

L’animation est un processus tellement lent – au moment où vous voyez quelque chose dans le contexte, des semaines se sont écoulées et vous devez le montrer à vos amis pour voir si vous avez raison.