Oceaán

La musique électronique est entrée dans une nouvelle ère.

La musique électronique est entrée dans une nouvelle ère. Inaugurée par  SBTRKT, Sohn ou Chet Faker, cette révolution s’emballe avec l’arrivée d’un nouveau soldat issu de la scène britannique : Oceaán. Pas le moins valeureux.

Son premier titre, Need U, paru en 2013, laissait présager le meilleur. Il s’est confirmé le 31 mars dernier (chez Chess Club Records) sous la forme d’un EP monstrueux via lequel le Belge exilé à Manchester impose une autre conception de la soul et du R&B. Porté par une voix suave – à la limite de l’indécence (Turned Away, Basement) – et shooté à l’électro, le genre pointe régulièrement le dancefloor. En partie grâce à l’emploi d’un effet de basse soufflée vertigineux (To Lose, Your Side).

Sur le dernier titre en date, Grip, lâché en septembre (hors EP donc), le producteur mancuno-bruxellois navigue cette fois dans le dub. Bref, Oceaán paraît sans limites.