Le Hasard Apprivoisé

45 sculptures "Des bois tropicaux : bois flottés des plages, bois morts des marigots, troncs de fougères ou de palmiers dressés en totems… Cʼest le matériau, le déclencheur de formes, autour duquel Kanel modèle lʼargile.   Transformer le moins en plus, le mortifère en vie : voilà la magie. Un soigneux toilettage des trophées patiemment récoltés a dʼabord régénéré ces déchets maculés. Puis une tête et un corps redonnent vie à ces bois abandonnés, qui retrouvent ainsi une identité.  Identité multiple ! Fascinée par la diversité des cultures du monde, par la beauté des visages et des corps parés, et concernée par le droit à la différence et le métissage, Kanel la Caribéenne nous offre des personnages qui disent lʼAfrique ou lʼAsie ; mais, Grecque de vie et de cœur, elle nous parle aussi de lʼAntiquité….           Elle sʼautorise toutefois des glissades vers la fantaisie, un jeu avec la couleur des « peaux », qui symbolise le métissage et donne à voir la tolérance, lʼattention à

45 sculptures « Des bois tropicaux : bois flottés des plages, bois morts des marigots, troncs de fougères ou de palmiers dressés en totems… Cʼest le matériau, le déclencheur de formes, autour duquel Kanel modèle lʼargile.   Transformer le moins en plus, le mortifère en vie : voilà la magie. Un soigneux toilettage des trophées patiemment récoltés a dʼabord régénéré ces déchets maculés. Puis une tête et un corps redonnent vie à ces bois abandonnés, qui retrouvent ainsi une identité.  Identité multiple ! Fascinée par la diversité des cultures du monde, par la beauté des visages et des corps parés, et concernée par le droit à la différence et le métissage, Kanel la Caribéenne nous offre des personnages qui disent lʼAfrique ou lʼAsie ; mais, Grecque de vie et de cœur, elle nous parle aussi de lʼAntiquité….           Elle sʼautorise toutefois des glissades vers la fantaisie, un jeu avec la couleur des « peaux », qui symbolise le métissage et donne à voir la tolérance, lʼattention à […]

Lire la suite sur www.laregion.fr:
Lire l’intégralité de l’Article Original sur Le site de La Région Languedoc Roussillon