Blockbuster

Trublions, agitateurs de conscience, clowns enflammés ? En deux pièces majeures mais déjà huit ans sur les planches, le collectif Mensuel a trouvé sa place – à part – dans le paysage théâtral francophone. De retour à la création, ils réservent la première de Blockbuster à leur public liégeois

En plein travail d’écriture, c’est un Renaud Riga enjoué qui revient sur les débuts du collectif. Le nom, d’abord : « En 2007, nous avons commencé à jouer L’Hebdo du lundi dans un théâtre de Liège : un spectacle différent chaque semaine en réaction à l’actualité ».

La formule séduit mais les empêche de partir sur les routes. Renaud et ses comparses, Sandrine Bergot et Baptiste Isaïa, passent au rythme d’une création par mois, s’autorisant une grande liberté formelle entre chansons, stand-up et marionnettes.

Quatre saisons plus tard, ils tentent l’aventure du long. Avec un succès qu’ils n’auraient pas osé espérer. Qu’ils racontent le kidnapping du patron Lakshmi Mittal sur fond de crise sidérurgique (L’Homme qui Valait 35 Milliards) ou les dérives d’une société ultrasécuritaire après un attentat (2043), les « Mensuel » imposent leur patte :

« On ne croit pas à un théâtre qui ne fasse pas réfléchir, mais on a la prétention de faire un théâtre divertissant », sourit Renaud Riga.

Blockbuster ne déroge pas à la règle : mashup de 160 longs-métrages hollywoodiens, ce « film-monstre » et mixé en direct met en scène l’insurrection chaotique des dominés contre les dominants. Engagé ? … Oui, mais avec du Bruce Willis dedans.