Birkin Gainsbourg, Le Symphonique – Samedi 4 novembre à l’Opéra Berlioz à Montpellier

1969 – année érotique… Une jolie actrice britannique défraie la chronique avec la chanson Je t’aime… moi non plus , que lui a composée son compagnon, le sulfureux et génial Serge Gainsbourg. Sur une dizaine d’années, elle sera le prélude à une fructueuse collaboration, unique dans l’histoire de la chanson française.

1969 – année érotique…
Une jolie actrice britannique défraie la chronique avec la chanson Je t’aime… moi non plus, que lui a composée son compagnon, le sulfureux et génial Serge Gainsbourg. Sur une dizaine d’années, elle sera le prélude à une fructueuse collaboration, unique dans l’histoire de la chanson française. Les deux artistes donneront naissance à leur fille Charlotte, mais aussi à ces tubes inoubliables mettant en scène la voix enfantine, si douce, de Jane Birkin. Mi-femme, mi-enfant, elle vous murmure des paroles sauvages au coin de l’oreille comme Je suis venue te dire que je m’en vais…

Faire jouer du Gainsbourg par des musiciens classiques est un juste retour des choses pour celui qui puisa allègrement dans les répertoires de nombreux compositeurs, pour ses propres chansons comme pour celles écrites pour ses nombreuses muses. Et c’est donc accompagnée par l’Orchestre de l’Opéra de Montpellier, que Jane Birkin relève le défi  : faire vivre sa voix d’une autre manière que sur les arrangements ciselés sur mesure par Serge Gainsbourg. Fragile et tout dans la nuance, elle prouve qu’elle peut monter haut mais donne toujours une impression de danger dans les notes les plus risquées. C’est sans doute ce qui fait le charme de son interprétation mais c’est aussi ce qui donne sa mesure au défi de l’entreprise.

Samedi 4 novembre 2017 à l’Opéra Berlioz au Corum à Montpellier – + d’infos : www.opera-orchestre-montpellier.fr

Lire la suite:
Voir l’article original