Bienvenue Sur MontpelYeah

Les tendances du sud avec un accent !

On y retrouve tout l’art de vivre de la French California. Les bons plans, la culture, les tendances, l’actualité quotidienne et tout ce qu’il faut savoir de pratique (et aussi de superficiel) sur Montpellier et sa région.

Créé par une équipe de passionnés connectés à l’air du temps depuis plus de 14 ans. L’empreinte des artistes régionaux est mise en avant avec l’insertion de playlists, d’interviews, de témoignages et de séquences plus vivantes et plus attractives que celles desservies par les autres supports.

Créé en 2004 puis développé en 2006 MontpelYeah.com est un web magazine. Dans une 1ère phase, ce site agrégateur  rassemblera les informations pratiques de la région montpelliéraine. Petit à petit, le public s’abonnera à ce medium inventif qui rassemble les bons plans, sorties, et adresses du montpelliérain. Cette formule  fonctionnera sous forme d’abonnement mensuel, qui permettra à plus de 8000 lecteurs réguliers d’accéder à une grande quantités d’infos et d’évènements pour un faible coût. – lire la story ici –

Progressivement l’audience grandissante, le magazine s’est professionnalisé, l’équipe s’est agrandie et les acteurs locaux ont développé des partenariats avec ce nouveau médium.

Le succès du style et du choix aiguisé

En 2018, un grand tournant organisationnel et éditorial est amorcé. La maquette est entièrement repensée et le site ne sera plus réservé dorénavant aux abonnées, mais entièrement ouvert à tous.

Fini la formule d’abonnement a présent rentrons dans l’aire du tout partage 😉

Le design a été repensé, l’équipe a réorganisé les contenus. La formule publique aussi fait place à l’insertion de publicités pour équilibrer le projet. Sa base d’abonnés grandit et ses likeurs facebook avoisinent les 30 000. Si vous désirez annoncer dans le magazine, plusieurs formules sont proposées par notre régie publicitaire :  contactez la ici.

Avec un public grandissant et une ligne éditoriale soignée Montpelyeah est devenu en quelques années un acteur majeur d’infos culturelles et art de vivre sur la région Sud de France.

____

Story

2003 Dans les cartons d’une association du sud de montpellier, une fine équipe commence a développer un média qui sera baptisé UnoWhat. Ce webzine rassemble des créations, des infos culturelles et des billets d’humeurs.

2004 Il est décidé de se focaliser sur la culture montpelliéraine, la magazine sera alors rebaptisé MontpelYeah.
Le projet lancé par Meteorythm est assez général autant au point de la direction envisagée que de son contenu. Seul point clairement défini par cette équipe qui deviendra leur crédo :  » prendre le contre pieds des supports papiers pour se diriger vers une voie internet. »

2005 Les maquettes webs se succèdent et la version béta mise en ligne ressemble plus à un support minitel lowcost qu’un véritable site mais les quelques contenus partagés parviennent, par leur originalité, à attirer un public local qui y prends goût.
Parallèlement, c’est l’avènement de Myspace, et dorénavant Montpelyeah se présente comme un complément, un volet local à cette nouvelle source d’info. C’est un concentré internet qui rassemble les évènements culturels du bassin méditerranéen.

2006  La qualité du contenus se précise, les informations sont progressivement mieux hiérarchisées. Avec la tendance du blogging tout azimut, le projet alors mené par un groupe de webmasters montpellierains se recentre vers un nouveau modèle : un webzine rassemblant diverses sources. Ce sera un city guide ciblé sur la ville de Montpellier et sa région : culture, agenda, sorties, bon plans, adresses,… MontpelYeah est né !

2007 Le projet est en ligne mais verrouillé sous la forme d’un site internet en vase clos uniquement consultable par le biais d’une formule d’abonnement. Pour une modique somme, les abonnés peuvent profiter d’un agenda des sorties sur la région montpelliéraine. Cette solution payante permet de rémunérer les rédacteurs ponctuels d’un medium en devenir.
En parallèle Facebook un nouveau « annuaire d’amis  » a fait son apparition en France.

2008 Pour MontpelYeah, la recette fonctionne : les agendas de sorties, divertissements, restent les points forts de la ligne éditoriale et les visiteurs sont très friands de ces thèmes. Les annonceurs adhèrent au projet. Les rendez vous et animations locales prospèrent sur ce nouveau média hybride. La touche « Like » est rajoutée car la culture du « j’aime » initiée par Facebook voit le jour.

2009 L’essai est marqué ! La solution rassemble plusieurs milliers d’abonnés, de nouvelles rubriques se créent et le contenus devient de plus en plus qualitatif. Le public est étonnamment très disparate. 40% de parisiens et 60% de locaux. Un système ingénieux de syndication, de retraitement des fluxs RSS, d’affiliation est mis en service et permet aux lecteurs de disposer d’une information massive et de qualité. C’est aussi le grand avènement du blogging. Tout le monde s’improvise blogueur(se) et relate ses faits et gestes sur la toile. Montpelyeah leur consacrera une « revue du web »

2010 C’est au cours de la présentation des nouvelles fonctionnalités de Facebook , par Mark Zukerberg en octobre 2010 et l’insertion des évènements, des sorties, et interactions, qu’il apparait inévitable à l’équipe du magazine d’effectuer un rapprochement de MontpelYeah avec ce nouveau format de communication et de partage. Les informations sont combinés, retraitées et un véritable travail parallèle est opéré. C’est un fait : le public est de plus en plus croissant sur les réseaux sociaux et délaisse les sites classiques. Montpelyeah saisie alors la balle au bon en intégrant le sytème de partage et l’intégration parallèle de ses infos sur les réseaux pour rester en tête de liste. Facebook félicite cette approche en mettant en avant les contenus du magazine.

2011 Un recrutement massif du public commence à se réaliser par Twitter Facebook et l’apparition d’Instagram. Face au tout partage qui commence à se dessiner sur les réseaux, Montpelyeah décide de se concentrer sur l’information brute, pratique et locale qui échappe jusqu’ici aux réseaux sociaux. Le sytème d’avis, de classement et de témoignages voit le jour. Plus de 8 000 articles sont publiés sur les sujets les plus attractifs : agenda, sorties, culture.

2012 -2013 Avec la venue dans l’équipe de pro du référencement ( Bing ex-Microsoft Ltd) spécialisé dans l’étude de l’algorithme des moteurs de recherches, qui étudient la main mise de Google et les répercutions du référencement et de l’importance des mots clefs permettront au magazine d’apparaitre comme incontournable dans les résultats de recherches sur la région montpelliéraine.

2014 Une nouvelle image et un nouvel état d’esprit se dessine pour le magazine avec le terme « French California » : que l’on traduit par l’esprit du lifestyle et de l’art de vivre dans les villes du sud de la france. Ainsi elle conforte sa position et des articles sur la vie locale, de l’humeur et des points de vues sur la société apparaissent progressivement dans ses colonnes .

2015 Alors que les magazines papiers locaux s’enlisent avec une ligne éditoriale classique qui tarde à se réinventer, que les sites Voussaveztout.com et autres web-média se lance dans le hard news, MontpelYeah continue à suivre l’air du temps et conserve une ligne directrice plus légère du lifestyle de la French California.

2016 C’est la période ou l’équipe est rejoint par des « ambassadeurs locaux » dans les secteurs de l’économie, de la culture du divertissement du milieu de la nuit. Des « influenceurs » des réseaux sociaux viennent apporter un peu de légèreté dans les contenus par leur approche tendance.  Techniquement le site internet devient consultable sur les terminaux nomades. La version mobile et tablette de MontpelYeah représente plus de 30% des visites.

2017 la version web de MontpeYeah est réinventée. Un ton plus décalé, provocateur, dans l’air du temps. L’empreinte des artistes régionaux est mise en avant avec l’insertion de playlists, d’interview, de témoignages et de séquences plus vivantes et plus attractives que celles desservies par les autres supports. La nouvelle direction décide d’associer de grandes réussites montpelliéraines au projet car pour elle le magazine doit migrer vers une formule entièrement gratuite et « ouverte à tous » avec cette ligne éditoriale. Un défi ambitieux qui pourra être assuré par le rapprochement avec des agences de communication locales. Les contenus deviennent plus qualifiés. Ainsi régulièrement le magazine pourra recueillir les interviews d’artistes nationaux ou internationaux, et élargie son spectre artistique.

2018 Après 10 années durant lesquelles le magazine a été réservé à un public d’abonnés, la 1ère version entièrement publique, gratuite voit enfin le jour par le biais d’un système sponsorisée par la publicité. Le test est risqué et ambitieux.
La formule fonctionne et connait un essor considérable en terme de visites. Le service technique doit booster de nouveaux serveurs pour accueillir le nombre accru de visiteurs et assurer sa stabilité. Le défis proposé dépasse les espérances, et en partant de 9000 à 12000 anciens abonnés pour la formule payante, il parvient à présent à des pics de 68 000 lecteurs réguliers avec la formule gratuite.

__